Le maquis "Corse" : un jardin inépuisable de couleurs et de senteurs


En botanique, le maquis désigne une formation végétale caractéristique des régions au climat méditerranéen.

Le terme est un emprunt, par l'intermédiaire du corse machja, à l'italien macchia, lui-même dérivé du latin macula « tache », par allusion à l'aspect tacheté d'un paysage de maquis.

La flore insulaire est particulièrement riche et variée. Au total, on estime à 2500 le nombre des espèces qui poussent dans l’île à l’état naturel. Cent trente et une espèces sont totalement endémiques et 165 sont endémiques de Corse et de régions voisines.


Parmi les plantes les plus caractéristiques du maquis, on citera :


- l'Arbousier (Arbutus unedo) ;


L'Arbousier ou Arbousier commun(Arbutus unedo), parfois appelé Arbre à fraises, est une espèce d'arbustes ou de petits arbres de la famille des Ericaceae, qui pousse sur l'ensemble du pourtour méditerranéen occidental mais aussi dans le nord du pourtour oriental. Son fruit est appelé Arbouse.


L'arbousier est un arbre de 8 à 10 mètres de haut,

3 à 5 mètres sous les climats plus tempérés

L'écorce, gris brunâtre à la base, devient rougeâtre à la partie supérieure des branches.

Ses feuilles à bordure dentée d'une dizaine de centimètres de long sont persistantes, ovales, alternes, vert foncé luisant au-dessus, vert pâle dessous. Elles sont riches en tanins.


- La Bruyère arborescente


La Bruyère arborescente, Bruyère blanche ou Bruyère en arbre(Erica arborea) est une grande bruyère poussant sur les sols siliceux du pourtour méditerranéen. Son rhizome est utilisé dans la confection des fourneaux de pipes (pipes de bruyère).


Son rhizome présente l'aspect d'un gros bulbe de couleur rouge pesant plus d'un kilogramme, qui peut fournir un excellent bois de chauffage, mais qui est surtout utilisé pour fabriquer des ébauchons de pipes.


la bruyère, a scopa, dont on faisait autrefois des balais -il en existe encore quelques-uns dans certaines caves du village- qui sert aussi à allumer un bon feu de cheminée. Les fleurs, blanc-rosé, illuminent le maquis en avril.


- Le Chêne vert


Le Chêne vert ou Yeuse est une espèce d'arbres à feuillage persistant de la famille des Fagacées, présent sous forme de bois clairs et garrigues. Il est parfois appelé Chêne faux houx, allusion au fait que ses feuilles ressemblent à celles du houx.


C'est un arbre de 20 à 30 mètres de haut. Selon la classification de Raunkier, il fait partie des Phanérophytes (mésophanérophytes). Son feuillage est persistant. Il a une longévité de 200 à 2 000 ans. Il fait partie des plantes monoïques.

La floraison s'étend d'avril à mai. Il est pollinisé spécifiquement par les insectes (entomophilie) mais les fruits sont dispersés par de nombreux autres animaux (zoochorie).

C'est une espèce postpionnière, notamment utilisée pour stabiliser les dunes du littoral du Golfe de Gascogne (lande mésophile).


- le lentisque


L’Arbre au mastic, ou Pistachier lentisque (Pistacia lentiscus L.) est un arbuste poussant dans les garrigues et les maquis des climats méditerranéens. Plante de la familles des Anacardiaceae, à feuillage persistant, elle donne des fruits, d'abord rouges, puis noirs.



fleurs du lentisque


Usages médicinaux des produits tirés des lentisques :

autrefois recommandé à l'usage d'une décoction (obtenue en faisant longuement bouillir l'écorce, les racines et les feuilles de l'arbuste) contre la dysenterie et les saignements utérins anormaux.


Le jus exprimé des feuilles sert à l'hygiène buccale, l'huile extraite des fruits est utilisée

fruits du lentisque


pour ses propriétés astringentes. La résine est réputée pour ses nombreuses vertus médicinales (contre les rhumes, pour l'estomac), ainsi que pour fixer les cils des femmes, ou comme gomme à mâcher pour rafraîchir l'haleine.


- les cistes


Les cistes (Cistus, u Mucchju en langue corse). Il est tellement présent dans le maquis que ce dernier, en Corse, porte son nom féminisé (a macchja). Floraison en avril et mai. Les fleurs, à cinq pétales, ne durent qu’un jour. Il existe plusieurs espèces de cistes. Les principales sont le ciste de Montpellier à fleurs blanches et à feuilles étroites ; le ciste à feuilles de sauge (fleurs blanches) et le ciste de Crête à fleurs mauves.




- Le myrte


a morta ou mortula-, aux fleurs blanches

(en juin) et aux fruits noirs-bleutés (en décembre) possède de puissantes qualités digestives. On fait, avec la myrte (l’arbre est masculin et le fruit féminin) une eau de vie très parfumée ainsi qu’une liqueur à consommer très fraîche de préférence.








- Le romarin


u rosumarinu-.


Le maquis exhale son parfum délicieux.

La plante offre, par an, plusieurs floraisons de fleurs bleues.

Elles s’accordent au bleu du ciel et de la mer.








- Le genêt

a ghjinestra– sa floraison se déroule en avril-mai. C’est une espèce fréquente dans les lisières de maquis ou les formations arbustives naines. Le maquis de la vallée est comme illuminé par le genêt.









- L’asphodèleu talavellu


symbolise la saison fleurie qui arrive dans la vallée. Blanche, très parfumée, sa hampe florale peut atteindre 1 m 50 de hauteur. C’est une “fleur caméléon” qui change avec la luminosité du jour. Un temps maussade et les fleurs aux six pétales sont comme sales ou ternes; quand le soleil brille la fleur s’illumine et vibre dans la lumière.


En altitude l’asphodèle commun est remplacé par les asphodèles porte-cerise

i luminelli-, appelés ainsi car on les utilisait, séchés, pour allumer un feu ou éclairer la route : ils ont la particularité de donner une lumière très vive et très brillante.



- Peucédan paniculé : attention, danger !

Le peucédan paniculé (Peucedanum paniculatum, erba corsa en corse) paraît tout à fait inoffensif. Ses feuilles ressemblent, en effet, à celles du fenouil et de la férule. Le peucédan est présent au-dessus de 600 m d’altitude. C’est une espèce endémique qui sait se défendre : elle comprend des composés toxiques pour les herbivores et n’est jamais consommée par les bêtes. Le simple contact de son feuillage sur la peau rend cette dernière très photosensible et toute exposition au soleil se traduit alors par des brûlures au deuxième degré affectant la zone concernée. Eviter le short et les manches courtes dans les secteurs où elle abonde : le souvenir en serait cuisant !